ANJUNA

avatar jARTISTEDiplômé du certificat de la Haute Couture Parisienne et d’un Master 2 en Arts-Plastiques. Anjuna a toujours accordé une place très importante au dessin, au départ à travers des croquis dans la mode, puis aussi à la photographie durant les années ou elle était rédactrice en chef. Elle a travaillé pour divers magazines de mode, Marie Claire, Journal des modes, l’ Officiel, avec des photographes comme Steve Hiett, Peter Hinberg, Nigel Scott…

 Sans jamais complètement mettre de côté sont intérêt pour la mode, elle entreprend un travail plus approfondi, aussi sur son identité ; l’autoportrait, sous différentes formes et supports, tableaux acryliques( la périodes bleu, la période rouge) sur sa famille, la vie., les notions de hasard .Le dessin reste prédominant, il est pour elle un geste intérieur qui libère sur la toile les émotions enfouies depuis l’enfance ,  au travers d’une vie réelle , c’est la ligne de plomb qui se transforme, se fragilise , ce geste, c’est pour elle, la voie royale de l’inconscient. Les sujets, font appel aux souvenirs, à l’enfance, aux amours et font allusion parfois à play blackjack online for real money un double récit de l’inconscient et de la surface.

 Il y a un vrai sens du détail dans son travail, que l’on retrouve dans ses carnets de voyages, ses cahiers de brouillons, ses petits papiers chinois., ou dans cette peinture où « sur la toile mélangée entrelacée, des transparences de couleurs, rose, framboise, vert d’eau déchirée » viennent vérifier cette tendance.

 Elle entreprend également la reconstruction imaginaire et poétique  de ces rêves, de ces espoirs, de sa vie, de sa liberté, dans ce qu’elle appelle ses cartons territoires , composés de photos, dessins, photocopies, objets. Les cartons territoires  donnent la mesure au récit qui alimente les venues à la surface de l’œuvre, ils représentent un peu comme un petit film sur 2,20 m x 1,10 m, avec différentes périodes et ses codes personnels.  Chaque personne peut-être touché par ces messages . Ils sont des  miroirs  face au spectateur qui se retrouve lui même devant l’œuvre d’art .