Carl ANDRE

CARL ANDREFils d’un menuisier des chantiers navals, Carl Andre est formé dans les écoles publiques de sa ville natale de Quincy(Massachusetts) et à la Phillips Academy à Andover, près de Boston(19511953). C’est dans cette dernière qu’il étudie l’art, sous la direction de Patrick Morgan et devient l’ami du futur cinéaste Hollis Frampton et du photographe Michael Chapman. Après s’être brièvement inscrit au Kenyon College de Gambier (Ohio), il travaille pour la Boston Gear Works et économise suffisamment d’argent pour effectuer un voyage en Europe (1954) où son oncle anglais, Raymond Baxter (homme de radio), lui fait découvrir les mégalithes de Stonehenge, qui exerceront une influence majeure sur son travail, et l’œuvre de Brancusi qui le marque au point de s’en définir comme étant son disciple. Il effectue son service militaire dans les services de renseignement en Caroline du Nord (19551956) où il travaille comme cryptographe pour les services secrets, se servant de ses capacités en arithmétique. Puis il s’installe à New York en 1957 où il travaille dans une maison d’édition et fait la connaissance du peintre Frank Stella auprès duquel il partage son atelier pour étudier la peinture.

Il abandonne progressivement la peinture pour s’orienter vers la sculpture, développant des sculptures sur bois influencées par Brancusi et par les peintures noires de Stella, puis des assemblages de blocs de bois brut. À cours d’argent, il travaille parallèlement (19591964) comme mécanicien et conducteur pour la Pennsylvania Railroad (Compagnie des chemins de fer de Pennsylvanie) dans le New Jersey. L’horizontalité de l’architecture ferroviaire semble alors l’inspirer pour l’élaboration de ses futures œuvres. En 1965, il participe avec Robert MorrisDonald Judd et Larry Bell à l’exposition « Shape and Structures » organisée par Henry Geldzahler à la Galerie Tibor de Nagy à New York. Quelques mois plus tard il réalise sa première exposition personnelle où il expose des assemblages de poutres horizontales en styroforme (matière plastique industrielle).

Dans les années 1970, l’artiste réalise de nombreuses grandes installations comme Blocks and Stones pour le Center for the Visual Arts de Portland (Oregon) (1973). En 1972, La Tate Gallery de Londres fait l’acquisition de son Equivalent VIII (1966), communément appelé The Bricks (Les Briques), qui consistent en 120 briques réfractaires arrangées en rectangle, qui eut un succès de scandale international. Il réalise de plus en plus d’œuvres en extérieur, comme Stone Field Sculpture (HartfordConnecticut1977).

En 1970, il bénéficie d’une exposition personnelle au musée Guggenheim de New York et, depuis lors, il expose régulièrement, soit seul, soit en groupe, dans les principaux musées, galeries et centres d’art en Amérique et en Europe, parmi lesquels on peut citer le Laguna Gloria Art Museum à Austin (Texas) en 1978, le Stedelijk Van Abbemuseum àEindhoven (Pays-Bas) en 1987, le Museum of Modern Art d’Oxford (Royaume-Uni) en 1996 et le Musée Cantini de Marseille (France) en 1997.

Andre a été poète avant de s’intéresser à la sculpture, il dispose des mots, « particules de langage », sans grammaire ni syntaxe, et comme les matériaux dans ses sculptures, il les utilisent pour leur charge affective. Ce travail, comprenant calligrammes, opéras et livres, a été présenté en Amérique et en Europe. Une importante collection a été rassemblée par le Stedjlik Museum d’Amsterdam, cependant sa poésie n’a jamais encore été éditée, d’où la méconnaissance qu’en a le public.

Andre vit et travaille à New York. Il est représenté par la Galerie Paula Cooper à New York.

En 1986, il fut acquitté du meurtre de sa femme, l’artiste Ana Mendieta.