EXPOSITION : ARE YOU LOOKING FOR A SQUARE ? – THOMAS BOULMIER

  • Start date:
    October 14, 2015, 12:00 pm
  • End date:
    December 6, 2015, 6:00 pm
  • Venue:
    Hôtel de Gallifet
  • Place:
    52, rue Cardinale 13100 Aix en Provence

L’intérêt porté au matériau se double de pensée magique, et sobre, érotique. Somme toute, c’est une sculpture West Coast aux accents luthériens. Dans le coin de hangar qui lui best casinos for online slot machines tient lieu d’atelier, où s’accumulent les sanitaires en morceaux, il est encore et toujours question de trous. Phusis : ce qui s’épanouit dans l’ouvert.

ARE YOU LOOKING FOR A SQUARE

Un petit tuteur métallique tient serré son bouquet de néons ; deux panneaux de bois calciné, résolument plus grands, fonctionnent comme des stèles trouées, en binôme frontal, dont chacune accueille un vieux cliché de noces, années cinquante. À ceci près que dans l’une des images, un long cierge vient littéralement couper la mariée en deux.

L’arrêt sur l’objet même, quasi photographique, met en valeur la percée, mais en même temps l’échelle hésite, parcourue d’un mouvement contraire : celui du cadre, de la charpente. Ailleurs, les structures pèlent mais se tiennent droites, toutes amenuisées qu’elles sont, s’appliquent à configurer le vide. À chaque squelette sa décomposition spatiale : tartines partielles de mousse polyuréthane, multiples déclinaisons du cube, accordéon de métal plié, petit totem. Les pièces se dressent précises, orgueilleuses mais furtives – atteintes, semble-t-il, d’une forme tenace de philanthropie.

Le paradoxe est reconduit quand l’intérêt porté à chaque médium se double de pensée magique, et sobre, érotique. Derrière son paravent, l’antique Venus aux chiffons de Pistoletto1 en vient à supporter une playmate amateur, fébrile raccourci en diptyque. Le grand patronyme pop dérape et dès lors, ce sont trois vidéos concises qui jouent les dissociations audio-visuelles…

Somme toute, c’est une culture West Coast qui aurait fricoté avec Luther.

Charlotte Serrus

1 Michelangelo Pistoletto, l’un des artistes italiens associés par le critique Germano Celant à l’Arte Povera, à compter de 1967.

 

 

 

THOMAS BOULMIERQu’il s’agisse de collages ou d’installations, le travail de Thomas Boulmier semble motivé par une même intention, celle de reformuler la charge symbolique des éléments qu’il manipule. Ses collages, faits de la coagulation de pages de différentes éditions hétérogènes, construisent au fur et à mesure un catalogue au propos incertain. Les agencements qu’il réalise avec quelques meubles et bibelots de toutes sortes apparaissent comme des objets de contemplation dont le sens reste à distance. En les agençant, en leur trouvant de nouvelles places dans les ensembles qu’il compose pour eux, Thomas Boulmier offre ainsi à des images ou à des objets une modalité d’appréhension inédite.

Il intervient ainsi là où se formule le sens. Et cela implique une forme particulière de considération pour ces choses qu’il extrait du monde dans lequel elles circulent habituellement. Dans leurs contextes naturels elles sont subordonnées à un sens, une fonction, c’est-à-dire des énoncés qui ne laisse aucune place au doute. Extraites de ces environnements d’origine elles perdent leur signification initialement imputée. Thomas Boulmier leur en offre une nouvelle, beaucoup moins normée.

Le travail de Thomas Boulmier est ainsi marqué par une forme de doute quant à ce qui caractérise le réel et la relation que nous entretenons avec lui. Car, si la représentation implique une mise à distance du monde, agir directement sur celui-ci comme le fait Thomas Boulmier n’est pas sans désorienter nos cadres de lecture.

texte François Aubart