Nicole HILLEN

Nicole HILLEN

Fr
Nicole Hillen est entrée dans le monde de l’art par le truchement de sa table de cuisine. Elle s’est propulsée du rang d’artiste inconnu concevant des pages de papier reluire pour sa famille et ses amis à celui de designer prospère et passionné en seulement huit ans. Elle refuse cependant de voir ce qu’elle fait comme du travail : « Je conçois pour mon propre plaisir, sans rien en tête. Je le fais parce que j’aime ».

Hillen a réussi à capturer l’essence d’un ancien métier et à la transformer en vue d’une application moderne. Son art complexe est créé au moyen d’une cuve. Elle laisse tomber des pigments colorés dans une substance ressemblant à une gelée et déplace les couleurs avec un instrument pointu en forme de peigne afin de créer un effet marbré. Bien que la gelée, fabriquée à partir de mousse d’Irlande (Goémon blanc), puisse être achetée, Hillen préfère la fabriquer elle-même en collectant des algues sur les plages de l’île de Ré et en les faisant bouillir jusqu’à obtenir la consistance voulue. « Les best casinos for online slot machines couleurs doivent rester séparées mais couler ensemble. C’est comme organiser des fleurs. Trop c’est trop et trop peu c’est trop peu. »

« J’ai commencé comme relieuse et cela pourrait expliquer mon désir de perfection et le soin que j’apporte à chaque détail. Chaque étape du processus de marbrure est importante pour le résultat final. C’est une technique fascinante une fois que vous la maîtrisez. »

Hillen réagit négativement lorsque ses créations sont qualifiées de «belles» car elle interroge : «Comment définissez-vous le mot beau ? Je ne dis jamais que quelque chose est beau ou laid. Au lieu de cela, je réagis aux techniques et aux impressions. Je marchais une fois à Nice et j’ai vu une photo que j’aimais beaucoup. J’étais très heureuse de voir que c’était du Picasso. Mais il m’arrive aussi d’aimer une technique artistique tout en détestant le produit final ». Encore une fois, Hillen demande : « Comment définissez-vous le beau ? Est-ce les techniques utilisées ou le produit final ? »

Née en Afrique du Nord et élevée à Paris, Nicole a passé quarante ans en Hollande avant de revenir en France. Elle vit aujourd’hui à Aix en Provence.

Eng
Nicole Hillen entered the art world via her kitchen table. She propelled herself from an unknown artist designing flyleaves for her family and friends to a successful – and passionate – commercial designer in just eight years. She refuses to see what she does as work however: “I design for my own pleasure, with nothing in mind. I do it because I like it.”

“I started as a bookbinder and that could explain my yearning for perfection and the care I take with every detail. Each step of the marbling process is important for the end result. It is a fascinating technique once you master it.”

Hillen reacts negatively when her designs are referred to as “beautiful” because, she asks, “How do you define the word beautiful? I never say something is beautiful or ugly. Instead, I react to techniques and impressions. I was walking in Nice once and saw a picture that I loved. I was very happy to see it was a Picasso. But, I may also love an artistic technique, but hate the final product.” So again, Hillen asks, “How do you define beautiful? Is it the techniques used or the final product?”

Born in North Africa and educated in Paris, Nicole spent forty years in Holland before returning to France. She now lives in Aix en Provence.